Product Inbox 📬 Focus #2 - 10 points clĂ©s pour performer un lancement de produit

Hello👋, si tu lis cette newsletter pour la premiĂšre fois, bienvenue ! Je m’appelle TimothĂ© et deux fois par mois, je partage aux abonné·e·s de Product Inbox une curation des meilleurs contenus dĂ©diĂ©s au Product Management. Si tu aimes l’audio, j’échange Ă©galement avec des top entrepreneurs et product managers sur Clef de voĂ»te.

PS : N’oublie pas de suivre Product Inbox sur Twitter et Linkedin. Le contenu que j’y publie est diffĂ©rent d’une plateforme Ă  l’autre.


Hello 😎

Je suis content de pouvoir te partager cette édition spéciale #2 de Product Inbox consacrée au lancement produit !

Elle fait suite aux sujets demandĂ©s par les abonnĂ©es de Product Inbox Ă  travers un petit sondage envoyĂ© il y a quelques mois :). Merci Ă  toi d’avoir participĂ© Ă  ce sondage ! 

Si tu suis Product Inbox depuis peu, tu recevras désormais, en plus de la curation de contenu bimensuelle, une édition consacrée à un sujet précis de ton choix. Et ce, tous les mois.

Pour cette seconde édition Focus, je souhaitais faire appel à des cadors du lancement de produit pour te fournir une édition riche en contenu, provenant du terrain et non de la théorie :)

Je tiens Ă  remercier chaleureusement mes 2 invitĂ©s qui ont consacrĂ© du temps pour produire cette Ă©dition. J’ai nommĂ© : 

Je tiens Ă  prĂ©ciser que je n’ai de partenariat commercial avec aucun produit ou service citĂ© dans cette Ă©dition. Comme d’habitude, ma volontĂ© est d’apporter du contenu utile et neutre pour t’aider dans ton quotidien :)

DISCLAIMER : pour une mĂȘme question, tu verras que les rĂ©ponses de Mathieu et Claire peuvent ĂȘtre trĂšs diffĂ©rentes.
Et ceci pour plusieurs raisons :

  • Il n’y a pas qu’une seule maniĂšre de lancer un produit

  • Mes 2 invitĂ©s travaillent dans des business diffĂ©rents

  • Mes invitĂ©s interagissent avec des cibles diffĂ©rentes (ex : B2C pour Deezer)

Pour rĂ©aliser cette Ă©dition, j’ai posĂ© 9 questions Ă  Claire et Mathieu :

1. Pourquoi préparer son lancement produit ?

2. Quelle version d’un produit doit-on lancer ?

3. Quels metrics produit faut-il définir avant le lancement ?

4. Comment définir son audience et le problÚme à résoudre via le produit ?

5. Quels membres de l’équipe doivent participer au lancement ?

6. Quel délai faut-il se donner pour lancer un produit ?

7. Comment construire le message à véhiculer ?

8. Comment mesurer le succùs d’un lancement produit ?

9. Autre chose à ajouter pour aider les abonnés ?

Les points principaux à retenir 🧠

  1. Un lancement produit permet de tester sa viabilité économique et sa fiabilité technique

  2. PrĂ©parer le lancement permet d’orchestrer les Ă©quipes impliquĂ©es et de statuer sur les chiffres suivis post-lancement

  3. Il est impératif de définir des metrics avant le lancement. Elles dépendent du produit.

  4. Le lancement varie en fonction de son audience. Un produit B2B ne se lance pas comme un produit B2C.

  5. Toute les Ă©quipes doivent ĂȘtre impliquĂ©es sur un lancement produit. Pas seulement les Product Managers ou le Marketing.

  6. Plusieurs mois sont nécessaires pour préparer un lancement produit. Un délai de 2 à 6 mois en fonction du type de produit

  7. Il existe des tas d’outil pour suivre un lancement produit. Il faut Ă©tablir des KPI clĂ©s et les comparer sur des pĂ©riodes donnĂ©es Ă©volutives (hebdomadaire, mensuelle).


1. Pourquoi préparer son lancement produit ?

Claire (Deezer)

Un lancement produit est l’étape capitale Ă  ne pas rater.

Sa premiÚre mise sur le marché va vous donner un aperçu de :

  • la viabilitĂ© Ă©conomique de votre proposition

  • les premiers retours de vos utilisateurs sur “l’usabilitĂ©â€ de votre produit et la valeur qu’il a pour eux

  • sa fiabilitĂ© technique et sa capacitĂ© d’accueillir vos pics de trafic

Pour maximiser les chances de réussite, il est important de préparer cette étape :

  • en orchestrant les aspects marketing de ce lancement

  • en prĂ©parant vos objectifs et KPIs de suivi 

  • en monitorant l’état de santĂ© de votre solution 

Mathieu (Thiga)

Pour s’assurer et se rassurer sur le fait que l’on a rien oubliĂ© sur son lancement et que tout est calĂ© en interne : 

  • CĂŽtĂ© communication : est-ce que j’ai bien identifiĂ© mes messages, mes canaux et RP si nĂ©cessaire ?

  • CĂŽtĂ© vente : est-ce que mes sales/presales sont formĂ©s Ă  mon produit, ma feature ? En connaissent les arguments clĂ©s, les forces et faiblesses par rapport au marchĂ©, comment pricer mon produit ?

  • CĂŽtĂ© support : est-ce que j’ai formĂ© mes customers success Ă  ma feature ? Est-ce qu’ils ont une FAQ ? 

Ça permet d’ĂȘtre serein en interne et de diffuser un sentiment de maĂźtrise : tout est prĂȘt, on peut y aller.

2. Quelle version d’un produit doit-on lancer ? 

Claire 

Il est Ă©videmment nĂ©cessaire d’établir un MVP (Minimum Viable Product) avant un lancement.

Attention Ă  bien dissocier MVP du point de vue gĂ©nĂ©ral du produit, et MVP qui colle au marchĂ© oĂč vous le lancez.  Un MVP de votre produit si vous l’ouvrez en France, ne sera surement pas la mĂȘme version que si vous l’ouvrez en Allemagne ou en Italie. Le MVP doit avoir fait l’objet de quelques itĂ©rations avant d’ĂȘtre lancĂ©. C’est toujours une version dont on a un peu honte. 

Parfois un MVP peut coĂ»ter cher si on s’est "ratĂ©" dans le choix.

Je pense que pour un premier vrai lancement, la meilleure des méthodes est de :

  1. Faire un lancement dit “confidentiel” pour trouver quelques centaines ou milliers d’utilisateurs en phase de beta

  2. RĂ©colter ensuite des feedbacks

  3. Ajuster son MVP

  4. Faire un lancement officiel (avec marketing)

Mathieu 

Personnellement, je ne lance JAMAIS un MVP ! La phase de MVP, c’est pour moi une phase de test de la valeur de mon produit. Dans tous les cas, ça part à la poubelle (allez, j’exagùre un peu).

Le MVP, c’est un process et non un produit, il consiste Ă  exposer au plus tĂŽt les utilisateurs. 

Un lancement coĂ»te cher (en argent et en Ă©nergie) : pas de rĂ©el intĂ©rĂȘt Ă  faire un vrai lancement sur une version dont on ne sait mĂȘme pas si elle gĂ©nĂšre de la valeur.

Donc pour moi, le lancement intervient toujours sur un “vrai” produit, c'est-Ă -dire qu’il est fonctionnel et sur lequel on connaĂźt les bĂ©nĂ©fices. Produit avancĂ© ne veut pas dire “pixel perfect”.  C’est une version du produit sur laquelle on prĂ©alablement “dĂ©-risquĂ©â€ nos hypothĂšses. On sait qui il adresse et quelle valeur il gĂ©nĂšre.

Pour un vrai lancement, j’ai toujours besoin de mesurer le rapport coĂ»t/bĂ©nĂ©fice et piloter la performance. Seulement aprĂšs cela, je peux investir dans de l’acquisition d’utilisateurs (et mesurer mon coĂ»t d’acquisition en fonction de mes canaux d’acquisition).

3. Quels metrics faut-il définir avant le lancement ?

Claire

Les objectifs de succĂšs doivent faire partie de votre vision produit, qui a Ă©tĂ© Ă©crite en amont de la crĂ©ation et du lancement de votre produit. 

Au moment du lancement, il faudra suivre les KPIs clĂ©s marqueurs de la rĂ©ussite, qui devraient ĂȘtre simplement repris de votre vision produit :

  • L’adoption des users (tĂ©lĂ©chargements / profils crĂ©es / visites ou login success)

  • Leur taux de revisite et donc leur rĂ©tention 

  • Leur engagement (en suivant l’usage des fonctionnalitĂ©s clĂ©s de votre produit) 

  • Leur conversion

Mathieu

Il est impératif de définir des metrics à suivre avant le lancement.

Cela Ă©vite 2 gros travers que l’on constate souvent :

  1. Faire de mon produit un projet. Une fois lancĂ©, je ne mesure rien, je ne suis pas de mĂ©trique, je lui laisse vivre sa vie sans le faire Ă©voluer. 

La mesure fait partie intĂ©grante de l’approche “Lean” (je construis mon produit, je mesure, j’en tire des enseignements, j’itĂšre).

  1. Ne pas savoir oĂč aller avec mon produit. Je l’ai lancĂ©, j’ai X users ou dĂ©gagĂ© X euros de MRR. Est-ce un critĂšre de succĂšs ? Je n’en sais rien.

    Tracer une ligne dans le sable avant de se lancer permet de savoir exactement oĂč on en est. 

En faisant cela, on est en mesure de savoir si l’on est dans les clous.

Au-delĂ  de la congratulation si l’on rĂ©ussit (youpi), les mĂ©triques doivent vivre et constituer de nouvelles Ă©tapes qui nous amĂšnent Ă  progresser. 

Si ce n’est pas le cas, les mĂ©triques nous aident Ă  ne pas tomber dans le biais des coĂ»ts irrĂ©cupĂ©rables.

On a le droit de se planter mais on n’a pas le droit de persister dans l’erreur. 

Les mĂ©triques nous aident justement Ă  nous dire “OK, on kille la feature” plutĂŽt que dire “non mais on a investi X euros dedans, on met les bouchĂ©es doubles dessus, on persiste et on signe mĂȘme si on sait qu’on va dans le mur.”

4. Comment définir son audience et le problÚme à résoudre via le produit ?

Claire

Il s’agit là d’un process classique de construction de “Product vision”.

Il existe des templates comme la product vision board, ou encore le lean canvas, qui vous aideront Ă  structurer l’approche : 

  • À qui mon produit s’adresse ?

  • Quels problĂšmes / besoins le produit rĂšgle/nourrit ?

  • Par quelles solutions / features clĂ©s ?

  • Comment j’en mesure le succĂšs ? Quels KPIs le montreront ?

Mathieu

Je dirais que le “problĂšme” est trĂšs bien adressĂ© par le Product Management de maniĂšre gĂ©nĂ©rale. C’est maintenant quelque chose d’ancrĂ© que de conduire sa user research, faire des interviews, comprendre les pain-points des utilisateurs et tacler un problĂšme.

La difficultĂ©, c’est de comprendre dans son audience les leviers de motivation qui vont dĂ©clencher l’acte d’achat. 

En B2C, ça a peut-ĂȘtre moins d’importance : si l’utilisateur est sĂ©duit, il y a de fortes chances qu’il achĂšte. Il est Ă  la fois l’acheteur et l’utilisateur. S' il a compris la plus value, il est seul dĂ©cisionnaire de son acte d’achat. MĂȘme si lors de la User Research il ne faut pas nĂ©gliger le fait de comprendre ce qui va constituer l’appĂ©tence qu’un utilisateur va avoir Ă  payer. Je peux avoir un besoin, ĂȘtre sĂ©duit par la solution qui le rĂ©sout mais ne pas ĂȘtre prĂȘt Ă  verser 1€ pour ça. 

En B2B (ou B2B2C), c’est beaucoup plus compliquĂ© que ça !
Prenons l’exemple d’une boüte que j’adore : Swile, ex-Lunchr.
Tu peux faire le produit le plus sexy au monde avec les features que tous les utilisateurs attendent. Comme par exemple le complĂ©ment de paiement qui a fait le premier succĂšs de Lunchr. Dans ce cadre, ce n'est pas l’utilisateur qui est l’acheteur.
Il faut donc savoir parler au “user persona” mais Ă©galement au “buyer persona”. Chacun doit y trouver son compte et comprendre les points clĂ©s de ton produit. C’est toute la force qui va ĂȘtre amenĂ©e par le Product Marketing.

5. Quels membres de l’équipe doivent participer au lancement ?

Claire

Cela dĂ©pend de l’organisation de votre entreprise.

Je conseille Ă  TOUTE l’équipe de suivre le lancement (c’est le fruit de leur travail) et d’avoir des moments de monitoring en temps rĂ©el ainsi que des moments de cĂ©lĂ©bration. Cela concerne les dĂ©veloppeurs, les designers, les product managers, les testeurs... 

 Et plus globalement, dans l’entreprise, si cela fait partie de vos Ă©quipes support :

  • Les Ă©quipes juridiques/lĂ©gal pour tout ce qui concerne la lĂ©gislation-usage de donnĂ©es-CGU etc.

  • Les Ă©quipes marketing. Ce sont elles qui, avec votre aide, vont concevoir le plan de communication du lancement. Votre aide consistera Ă  synchroniser les actions, apporter du contexte et rendre la communication pertinente-diffĂ©renciante. Les Ă©quipes marketing piloteront la communication sur tous les supports.

  • Les Ă©quipes “service client”. Quand un produit sort, il faut qu’elles en connaissent les tenants et aboutissants.

  • Les Ă©quipes â€œĂ©dito” en charge du contenu. N’oublions pas que, mĂȘme avec le meilleur produit du monde, si vous n’avez pas de contenu, vous n’avez rien.

  • Les Ă©quipes data, si elles sont dissociĂ©es, pour les connecter au lancement et avoir des analyses rapidement si vous n’avez pas la main lĂ  dessus.

Mathieu

Tout le monde !

  1. La partie Sales : ils doivent au prĂ©alable avoir Ă©tĂ© briefĂ©s sur le produit et ses “keys features”. Il est en gĂ©nĂ©ral nĂ©cessaire de constituer un deck de documents (fiche produit, script de dĂ©mo, slides) pour les aider Ă  vendre.

  2. Customer success : il est trĂšs important qu’ils soient impliquĂ©s pour Ă©viter de dĂ©couvrir le produit au moment oĂč ils sont en contact avec les premiers utilisateurs qui se servent du produit lancĂ©. Il est nĂ©cessaire de les former et de les accompagner avec du matĂ©riel, notamment une FAQ et un “user guide” si nĂ©cessaire.

  3. Le Marketing : impossible de bien communiquer et bien se lancer sans s’appuyer sur les forces marketing. Il faut les impliquer au plus tît pour identifier les canaux, les cibles et leur fournir le bon message.

  4. Toute Ă©quipe opĂ©rationnelle liĂ©e au produit : j’ai un service SaaS, je sollicite l’équipe opĂ©rations ou l’équipe de monitoring pour faire la supervision serveur/charge/rĂ©seau. J’ai de la facturation, je n’oublie pas de mettre dans la boucle la finance pour surveiller les flux, m’assurer qu’on est OK sur les codes comptables etc.

6. Quel délai faut-il se donner pour lancer un produit ?

Claire

Un lancement se planifie. Le dĂ©lai dĂ©pend du nombre d’équipes Ă  coordonner et du niveau de maturitĂ© du produit.

Si le produit vient “juste” d’ĂȘtre terminĂ©, alors je conseille un rĂ©troplanning sur 6 mois :

  • Mois 1 : organisation d’un lancement confidentiel oĂč on trouve des moyens de cibler uniquement certains utilisateurs. Attention Ă  trouver le bon volume qui permettra d’avoir tout de mĂȘme des retours significatifs.

  • Mois 2 et 3 : rĂ©colte des bugs et des feedbacks (par envoi de questionnaire par exemple)

  • Mois 4 et 5 : adaptation du produit (debug, optimisation ou ajout de fonctionnalitĂ©s...)

  • Mois 6 : orchestration du lancement.

Attention : le lancement ne s’arrĂȘte pas le jour oĂč on ouvre les vannes.

Tout le suivi en temps rĂ©el, au jour le jour, en monitorant sa data, permet d’ajuster le tir si nĂ©cessaire et de continuer crescendo la communication et le marketing. 

Mathieu

Le temps qu'il faut ! A vrai dire, il s'agit d'abord de déterminer quel type de lancement : un produit complet ou une feature.

Pour une feature, au-delĂ  des aspects techniques (bugfix etc.), je dirais d'un point de vue Product Marketing qu'il faut se laisser 1 mois pour dĂ©finir la stratĂ©gie de messaging (oĂč comment transformer des features en bĂ©nĂ©fices utilisateurs), prĂ©parer son sales-enablement (fiche produit, deck de slides) pour aider les forces de vente Ă  s'approprier l'argumentaire.

Pour un produit complet, c'est un peu plus compliqué que ça, plus long et nécessite un plan de lancement : c'est ce qu'on appelle dans le jargon le Go-To-Market.

Il s'agira de comprendre qui sont les buyers & users personas. Comment je les adresse avec quel message ? Comment je positionne mon produit, prĂ©pare toutes mes communications en coordonnant toutes les forces ventes et marketing ? Il s’agira Ă©galement de dĂ©finir ses mĂ©triques pour mesurer la performance business et opĂ©rationnelle de son produit, faire connaĂźtre sa marque et son produit, communiquer et encore communiquer !

C'est un gros travail en amont pour préparer le roll-out d'un produit sur le marché, sur lequel il faut consacrer un bon gros trimestre (comprendre entre 3 et 4 mois)

7. Comment construire le message à véhiculer ?

Claire

Le message se construit avec l’aide des Ă©quipes marketing, sales (si produit B2B), communication, brand, product marketing si elles sont dissociĂ©es.

Je recommande toujours aux Product Managers de :

  1. PrĂ©parer le brief (ou pitch) du produit. Expliquer les points forts, les points faibles et les points diffĂ©renciants du produit pour permettre aux personnes en charge des aspects marketing d’avoir le maximum d’élĂ©ments.

  2. Valider les assets finaux 

Mathieu

La premiĂšre Ă©tape est d’identifier vers qui on veut communiquer. 

Si c’est du B2C, l’utilisateur est en gĂ©nĂ©ral celui qui va acheter. On identifie les keys features en termes d’utilisation pour motiver son intĂ©rĂȘt et dĂ©clencher l’acte d’achat.

En B2B, c’est un peu plus compliquĂ©. 

Le buyer persona est souvent diffĂ©rent de l’utilisateur de ton produit. 

Si on reprend l’exemple que je cite plus haut avec la carte Swile (promis, ils ne m’ont pas payĂ© que pour que je parle d’eux đŸ€“), il faut trouver non seulement le bon message pour que l’utilisateur soit excitĂ© Ă  l’idĂ©e d’utiliser leur service, mais Ă©galement trouver le bon message pour convaincre le dĂ©cideur (le DAF, le responsable des achats, la personne de l’admin).

Au sens large, il ne faut pas nĂ©gliger le travail de persona que l’on veut adresser. 

De la mĂȘme maniĂšre, si je crĂ©e un produit mĂ©dical destinĂ© Ă  la fois Ă  un mĂ©decin indĂ©pendant et Ă  un grand groupe hospitalier, il faut bien que je segmente mes persona et que je construise le message en fonction de ses besoins !

Une fois les keys features et les arguments identifiĂ©s pour chacun des personas, on est prĂȘts pour construire le message impactant. Pour les plus chanceux, ils vont pouvoir s’appuyer sur des experts du Copywriting ou de l’UX writing qui peuvent s’appuyer sur des frameworks comme AIDA (Attention/IntĂ©rĂȘt/DĂ©sir/Action) ou PAS (ProblĂšme/Agitation/Solution).

ProblĂšme : Vous rĂȘvez de tout savoir de maniĂšre simple et exhaustive sur le monde du Product

Agitation : malheureusement, la valeur est dispersĂ©e, tout le monde dit tout et son contraire. J’ai du mal Ă  avoir du contenu cohĂ©rent, ça me demande trop d’effort de faire de la veille.

Solution : nous avons ce qu’il vous faut. Par exemple Product Inbox, une curation d’information et d’outils livrĂ©e sans effort dans votre boite email une fois par semaine.

Pour les autres, on peut simplement s’appuyer sur des mĂ©thodologies comme le Benefits Ladder pour aider l’utilisateur Ă  ses bĂ©nĂ©fices.

8. Comment mesurer le succĂšs d’un lancement produit ? 

Claire

Cela rejoint la réponse 3. La préparation faite en amont du lancement entre en jeu.

Les outils mesurer le succùs d’un lancement produit :

Que faire avec ces outils ? 

  • Faites un suivi temps rĂ©el les premiers jours

  • Puis commencez Ă  comparer vos Ă©volutions de pĂ©riode Ă  pĂ©riode (hebdomadaire, mensuellement)

  • Pensez Ă  lier cela Ă  vos temps forts marketing

  • Je conseille de lier les donnĂ©es chiffrĂ©es (courbes) avec des donnĂ©es d’events (une sorte d’historique datĂ©). Cela permet en un coup d’oeil de voir la liaison entre certains pics et des Ă©vĂ©nements qui pourraient les expliquer

Par exemple :

  • Pensez enfin Ă  focaliser votre attention sur ce qu’il se passe Ă  l’entrĂ©e (succĂšs/Ă©chec de login, raisons?, bounce etc.) et Ă  la sortie (par oĂč les utilisateurs sortent, quand, pourquoi, au bout de combien de temps etc). Ce sont des Ă©lĂ©ments de comprĂ©hension sur l’adhĂ©sion de vos utilisateurs au produit

  • Le focus sur les dĂ©sinstallations d’application ou suppressions de comptes sont Ă©galement important 

Mathieu

J’ai 3 principes de base :

  1. Fixer les métriques et les objectifs avant le lancement

Cela permet de se poser vraiment sur les ambitions qu’on se donne et ça nous donne une ligne directrice pour nos actions.

  1. Surveiller les mĂ©triques. 

TrĂšs souvent on a tendance Ă  s’imposer beaucoup d'indicateurs (dont certains ne sont pas ultra pertinents). On va crĂ©er un beau dashboard avec des charts que l’on va finalement laisser dans son coin, ou au mieux, aller voir une fois de temps en temps.

L’essentiel avec les mĂ©triques, c’est de mettre en place une surveillance rĂ©guliĂšre. 

Si l’on voit que l’on est dans les clous aprùs le lancement, c’est qu’on va dans la bonne direction. Il n’est pas question de faiblir.

Si l’on n’est pas dans les clous, on prend vite des actions pour analyser :

  • Est-ce mon lancement qui ne fonctionne pas et/ou ma communication qui n’est pas impactante ?

  • Est-ce mon produit qui n’est pas assez “dĂ©-risquĂ©â€ et qui ne trouve pas son marchĂ© ? 

  1. Éviter les vanity metrics 

Se congratuler sur “on a 1000 inscrits le premier jour” ne sert à rien à mon sens.

On voit beaucoup de personnes le faire alors que ce n’est pas un bon indicateur. 

D’ailleurs, combien de fois tu t’es inscrit sur un site, un service sans mĂȘme l’utiliser ? Ne t’est-il jamais arrivĂ© de t’arrĂȘter Ă  la validation de ton adresse email ?

Je prĂ©fĂšre me rĂ©fĂ©rer Ă  des mĂ©triques d’usage : quel est mon DAU (Daily Active Users, utilisateurs actifs par jour), mon MAU (la mĂȘme chose sur un mois). Ou encore mieux, au ratio DAU/MAU qui permet de mesurer son stickyness (globalement, sa rĂ©tention mais c’est tellement mieux en anglais 😅).

Pour aller plus loin, je conseille ce super article d’Amplitude.

A quelle fréquence reviennent les utilisateurs ? Quel est mon funnel AARRR ?

Savoir que 10 utilisateurs reviennent toutes les heures parce que le produit est gĂ©nial, c’est une bien meilleure entrĂ©e en matiĂšre que d’avoir 1000 sign-in. 

En tout cas en terme de valeur perçue, l’indicateur est Ă  mon sens plus important (mĂȘme si ça flatte pas l’égo, parce que 10 c’est pas un “gros chiffre”).

9. Autre chose Ă  ajouter pour aider les abonné·e·s  ?

Claire

Le passage par un lancement confidentiel permet vraiment d’ajuster le tir.

Si ce sont des applis mobiles, je recommande de mettre trĂšs vite en place un systĂšme de collecte de ratings, pour tenter d’obtenir le plus de bons ratings possible (joue sur le rĂ©fĂ©rencement et la notoriĂ©tĂ© de l’app. dans les stores et pour la marque).

Mathieu 

Un produit ne s’arrĂȘte pas au lancement ! On peut avoir trouvĂ© son Product Market Fit et aller dans la bonne direction mais ne jamais oublier qu’il est constituĂ© de 2 variables : le Produit et le MarchĂ©. 

Si le Produit, on le maĂźtrise assez bien en gĂ©nĂ©ral, ne jamais oublier que le marchĂ© Ă©volue. Un acteur compĂ©titeur peut se rĂ©veiller et venir vous challenger, les attentes du marchĂ© peuvent changer oĂč bien une crise sanitaire sans prĂ©cĂ©dent peut venir bouleverser toutes les habitudes ! 

10. Pour aller plus loin

Suite à ces 9 questions répondues par Mathieu et Claire, je te propose quelques liens pour creuser le sujet du lancement produit :

The ultimate product launch plan for new product marketers

What is the best day and time to launch a product

How to create a timeline for a successful product launch

Product Success Metrics: How to Measure the Success of a New Product

Choosing Metrics for Product Launch

A dans 15 jours pour la prochaine Ă©dition 🙏