Product Inbox 📬 Focus #3 - 10 points clĂ©s pour utiliser le No-code en tant que Product Manager

Hello👋, si tu lis cette newsletter pour la premiĂšre fois, bienvenue ! Je m’appelle TimothĂ© et deux fois par mois, je partage aux abonné·e·s de Product Inbox une curation des meilleurs contenus dĂ©diĂ©s au Product Management. Si tu aimes l’audio, j’échange Ă©galement avec des top entrepreneurs et product managers sur Clef de voĂ»te.

PS : N’oublie pas de suivre Product Inbox sur Twitter et Linkedin. Le contenu que j’y publie est diffĂ©rent d’une plateforme Ă  l’autre.


Si tu n’es pas abonné·e Ă  cette newsletter, tu peux le faire ici :


Hello,

J’espùre que tu vas bien :)

C’est parti pour une nouvelle Ă©dition “Focus” de Product Inbox pour bien dĂ©marrer la rentrĂ©e.

Elle rĂ©pond Ă  de nombreuses questions reçues par les abonné·e·s Ă  ce sujet. J’étais super impatient de pondre un dossier aussi fourni pour pouvoir te donner de la matiĂšre et rĂ©flĂ©chir Ă  tes next steps sur les sujets liĂ©s au No-code.

Si tu suis Product Inbox depuis peu, tu recevras désormais, en plus de la curation de contenu bimensuelle, une édition consacrée à un sujet précis de ton choix. Et ce, tous les mois.

Pour construire une Ă©dition impactante sur un sujet aussi vaste, il me fallait bien sĂ»r ĂȘtre Ă©paulĂ© par des cadors et plus spĂ©cifiquement des Product Managers qui utilisent au quotidien les technologies Low / No-code.

Je tiens Ă  remercier chaleureusement mes 4 invitĂ©s qui ont consacrĂ© du temps pour produire cette Ă©dition. J’ai nommĂ© : 

Je tiens Ă  prĂ©ciser que je n’ai de partenariat commercial avec aucun produit ou service citĂ© dans cette Ă©dition. Comme d’habitude, ma volontĂ© est d’apporter du contenu utile et neutre pour t’aider dans ton quotidien :)

DISCLAIMER : pour une mĂȘme question, tu verras que les rĂ©ponses de mes invitĂ©s peuvent ĂȘtre trĂšs diffĂ©rentes.
Et ceci pour plusieurs raisons :

  • Ils travaillent dans des sociĂ©tĂ©s diffĂ©rentes avec des process diffĂ©rents et des outils diffĂ©rents :)

  • L’utilisation de technologies No-code ou Low-code est trĂšs personnelle. Exemple : certains prĂ©fĂšrent utiliser Integromat, d’autres Zapier pour un mĂȘme cas d’application

  • Le mouvement No-code / Low-code Ă©tant encore jeune, le degrĂ© de maturitĂ© des sociĂ©tĂ©s vis-Ă -vis de ces technologies varie

Pour rĂ©aliser cette Ă©dition, j’ai posĂ© 9 questions Ă  mes invitĂ©s : 

  1. Qu'est ce que le No-code et pourquoi cela fait autant de bruit ces derniers temps ?

  2. Comment les professionnels du produit peuvent-ils utiliser le No-code ?

  3. Jusqu'à quel degré les équipes produit peuvent-elles utiliser ces technologies ?

  4. Ces outils deviendront-ils incontournables dans la vie des professionnels du produit ?

  5. Quels outils low-code utilises-tu dans ton quotidien de Product Manager ? 

  6. Peux-tu dĂ©crire un cas d'application pour lequel tu utilises le No-code dans ta boite ? 

  7. Comment l'utilisation de ces outils est-elle perçue par les équipes tech ?

  8. Quels outils No-code recommandes-tu aux PM d’essayer au moins une fois ?

  9. Aurais tu des ressources pour aller plus loin sur le sujet ?

Les points principaux à retenir 🧠

  1. No-code : interface pour construire des applications sans savoir coder.
    Low-code : des bases de code sont nécessaires.

  2. Les technologies Low-code et No-code font du bruit car elles sont arrivĂ©es Ă  maturitĂ©. Elles sont plus faciles d’utilisation, plus puissantes, plus stables.

  3. Les Ă©quipes produit peuvent utiliser ces technologies pour un tas de cas d’applications : crĂ©ation de prototypes pour itĂ©rer, de MVP, d’une fonctionnalitĂ© trop chronophage via du code, des process internes etc.

  4. La technologie No-code n’a pas de limites. Seule la culture d’une sociĂ©tĂ© limite l’utilisation de cette technologie.

  5. Il va devenir impératif de connaßtre et maßtriser ces technologies en tant que Product Manager.

  6. Les Ă©quipes tech perçoivent globalement bien les technologies No-code et Low-code. Seule la culture de l’entreprise bride son utilisation.

  7. Le top outil Ă  tester : Zapier (ou son Ă©quivalent Integromat), classique.

Clarification : les termes “No-code” et “Low-code” sont utilisĂ©s avec confusion depuis la mĂ©diatisation du mouvement. Avant de dĂ©marrer cette Ă©dition, je voulais apporter une prĂ©cision proposĂ©e par Olivier.

No-code : une interface permettant de construire une application ou une automatisation sans utiliser de code (exemples d’outils no-code : Zapier, Weweb).

Low-code : un outil nĂ©cessitant un minimum de bases en code sans pour autant ĂȘtre un expert (exemples d’outils low-code : n8n, Bubble, Retool)

1/ Qu'est ce que le No-code et pourquoi cela fait autant de bruit ces derniÚres années ?

Florent, Swap 

C’est une nouvelle technologie (ou plus prĂ©cisĂ©ment une technologie qui est devenue bien plus mature depuis 2019-2020 d’oĂč cet effet de buzz) qui permet, Ă  des personnes ne sachant pas dĂ©velopper, de construire des solutions numĂ©riques en tout genre. 

Il est dĂ©sormais possible de construire un site vitrine, une application mobile, une application mĂ©tier, un portail client, un chatbot ou encore d’automatiser des processus sans Ă©crire une seule ligne de code (c’est l’outil no-code qui le fait Ă  votre place). 

On peut donc assimiler cette technologie Ă  des LĂ©go pour adultes oĂč l’utilisateur choisit plusieurs briques dans un catalogue de briques prĂ©conçues, les paramĂštre, et ensuite applique un design pour donner vie Ă  la solution souhaitĂ©e.

Quant Ă  l’effet de buzz, on pourrait presque dire que le no-code existe depuis toujours, je pense Ă  Dreamwaver avec son mode “CrĂ©ation” ou encore Ă  Wix qui fait de la publicitĂ© h24 Ă  la tĂ©lĂ©vision pour sa solution. 

La vraie diffĂ©rence entre cette Ă©poque et aujourd’hui, c’est que ces logiciels No-code sont devenus beaucoup plus accessibles (aussi bien d’un point de vue compĂ©tences tech requises que d’un point de vue du prix) et qu’ils permettent de construire des solutions beaucoup plus sur-mesure. Sans parler de la qualitĂ© du code du produit final qui est bien meilleure.

Hadrien, Dolead

Les caractĂ©ristiques techniques principales qui permettent de savoir que nous sommes en prĂ©sence d’un outil No-code :

  • Une UI avec souvent basĂ©e sur du “Drag and drop” qui permet de manipuler les objets et de faciliter la crĂ©ation du produit

  • Des connecteurs, qui permettent d'interagir avec des bases de donnĂ©es ou d’autres sources de donnĂ©es externes.

Le Low-code / No-code fait tourner une grande partie du web du fait de Wordpress. 

40% du web est construit sur un outil Low-code. 

Ensuite, je pense que la crĂ©ation des frameworks JS comme Node cotĂ© back-end, React et Angular ont permis l’émergence trĂšs forte de ces plateformes, en tant que socle technique. Avec en parallĂšle, un dĂ©ploiement de plus en plus important des API comme socle de communication entre les applications. 

Dans l’univers Apple, applescript existe depuis bien longtemps, mais c’est certain que les outils comme Zapier et IFTTT ont beaucoup aidĂ© Ă  la normalisation et Ă  la gĂ©nĂ©ralisation des principes no-code.

Puis, la diffusion des principes tels que MVP (Minimum Viable or Minimum Valuable Product) et les principes de growth ont poussé les équipes à se tourner vers des alternatives aux développeurs afin de tester, itérer et atteindre leurs objectifs plus rapidement.

Enfin, je pense qu’il est aussi nĂ©cessaire d’avoir en tĂȘte aujourd’hui le coĂ»t d’une Ă©quipe de dĂ©veloppeurs Fullstack et le temps de recrutement de celle-ci pour comprendre Ă©videmment le ROI d’une intĂ©gration No-code au sein d’une entreprise.

Olivier, freelance

Un site internet est en soi un outil No-code, car il permet d’automatiser des tĂąches selon des besoins spĂ©cifiques (exemples : acheter un billet de concert, rechercher dans un catalogue). Ces tĂąches sont utilisĂ©es “comme No-code” pour l’utilisateur final.

Ce qu’on appelle aujourd’hui le No-code, c’est la possibilitĂ© de crĂ©er soi-mĂȘme des automatisations (sites, applications, processus) qui rĂ©pondront Ă  des besoins spĂ©cifiques (perso, de niche ou de masse).

Cela permet de dĂ©mocratiser la crĂ©ation d’applications.

Les profils de l’industrie numĂ©rique ne sont plus les seuls Ă  pouvoir crĂ©er des applications / automatisations.

Cela ouvre le champ des possibles avec une force de créativité décuplée.

Maxime, Qonto

Le “No-code” fait rĂ©fĂ©rence Ă  des plateformes permettant Ă  n’importe qui, sans formation technique, de construire un produit totalement fonctionnel, prĂȘt Ă  ĂȘtre commercialisĂ© en partant de rien.

Explosion du No-code, surtout depuis mi-2019. 

On pourrait dire qu’il s’agit d’un “buzz word” mais sur le terrain, on voit une vraie tendance de fond, avec de plus en plus de cas d’application construits par de plus en plus de personnes. 

Chez Qonto, le nombre de clients qui utilisent des outils No-code pour automatiser leurs opĂ©rations bancaires a explosĂ©. 

On est passĂ© d’une situation dĂ©but 2021 oĂč une petite dizaine d’ambassadeurs No/Low-code proposaient leurs cas d’usage prĂ©-construits (cf. Cashstory) Ă  dĂ©sormais plusieurs centaines d’entrepreneurs qui utilisent des applications comme Zapier ou Integromat pour automatiser eux-mĂȘmes leurs flux bancaires avec un maximum de customisation (cf. Oubliez les mauvaises surprises Ă  l'heure de payer votre TVA).

2/ Comment les professionnels du produit peuvent-ils utiliser le no-code ?

Florent Isidore, Swap

La grande question que je me pose est plutĂŽt la suivante : est-ce au Product Managers d’apprendre, maĂźtriser et utiliser le no-code et/ou aux dĂ©veloppeurs et/ou aux Product Designers ?

Quelles que soient la ou les personnes qui utilisent cette technologie, les usages et opportunitĂ©s sont trĂšs nombreux. 

En voici quelques exemples :

  • Concevoir un prototype d’une nouvelle fonctionnalitĂ© ou d’un nouveau produit pour rĂ©aliser un test utilisateur en conditions rĂ©elles...adieu Invision ?

  • DĂ©velopper un MVP entiĂšrement en No-code qui sera bien plus rapide Ă  construire qu’en “code classique” (exemple : Comet qui a construit son produit avec Bubble en 2018 pour passer de 0 Ă  500K€ de revenus mensuels)

  • DĂ©velopper une fonctionnalitĂ© sur-mesure pour un client qui n’aurait jamais Ă©tĂ© priorisĂ©e si elle avait Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©e en code

  • Automatiser des processus internes opĂ©rationnels ou administratifs. Le stakeholder interne est trop souvent dĂ©laissĂ© comparĂ© aux utilisateurs externes/clients 

Hadrien Baradel, Dolead

  • Tester de nouvelles idĂ©es et valider ces hypothĂšses en mettant en place Ă  l’aide d’outils No-code un MVP.

  • ItĂ©rer plus rapidement, plus granulairement en mettant en place des outils et ou des plateformes Low-code / No-code au sein des entreprises. C’est notamment le cas de Papernest, Dolead ou encore Payfit. Ces outils donnent des moyens d'action aux Product Managers ou directement Ă  l’utilisateur final (opĂ©rations).

  • Automatiser des processus et connexions entre diffĂ©rents outils (Automations, analytics etc.). Je pense qu’ici, la multiplication des outils pousse aussi aux outils No-code afin de mieux les connecter et ainsi apporter plus de valeurs aux utilisateurs et aux entreprises.

Olivier, freelance

En tant que PM, j’utilise ces outils Ă  titre personnel pour simplifier des tĂąches Ă  faible valeur ajoutĂ©e. Par exemple pour tester rapidement des MVP ou pour faire le lien entre des applications en mode “plug and play”. 

Par exemple pour la gestion des demandes d’invitation pour la communautĂ© des Product People LPC-Xpedition, tout le processus passe par Trello et Integromat (voir article sur le sujet). 

J’utilise Ă©galement pas mal d’API ou webhook avec Integromat pour rĂ©cupĂ©rer des donnĂ©es Ă  envoyer dans un Gsheet afin de construire des boards de suivi, constituer une base de donnĂ©es, etc.

Dernier exemple en date :

Utilisation de l’API de PipeDrive pour crĂ©er un “lead” en fonction de la rĂ©ponse d’un formulaire (les formulaires Pipedrive ne sont pas assez riches fonctionnellement pour le faire nativement) : 

  • Formulaire Tally

  • À partir des donnĂ©es, crĂ©ation d’un lead PipeDrive

  • Rattachement du lead Ă  un Sale

  • RĂ©ponse automatisĂ©e par mail au lead

  • Message Slack pour informer l’équipe

  • DonnĂ©es renseignĂ©es dans un Gsheet pour avoir des mĂ©triques (Ă  des fins d’analyses)

La crĂ©ation de valeur obtenue pour la team Sale est assez importante pour un temps de rĂ©alisation d’une heure. 

Maxime, Qonto

Selon moi un Product Manager peut utiliser le No-code Ă  chaque Ă©tape de la conception produit. Pour de la recherche utilisateurs, des analyses de concurrence, du prototypage, des tests utilisateurs, de la gestion de projet, des tests qualitĂ©s ou encore la distribution d’une feature.

Chez Qonto, le dernier use-case en date, c’est un workflow Integromat qui rĂ©cupĂšre les donnĂ©es de Kanban sous Notion et notifie un channel Slack lorsque la phase de delivery (livraison) d’une fonctionnalitĂ© est bloquĂ©e ou Ă  risque. 

Lorsque ce type d’alerte arrive dans Slack, l’ensemble des stakeholders est alors clair sur sa criticitĂ©. On prend immĂ©diatement les contre-mesures nĂ©cessaires pour dĂ©bloquer la situation. 

Depuis la mise en place de ce workflow, on a rĂ©duit significativement le lead-time nĂ©cessaire Ă  la prise de connaissance du problĂšme. On va plus vite, on rĂ©duit les dĂ©lais d’attente.

3/ Jusqu'à quel degré les équipes produit peuvent-elles utiliser ces technologies ?

Florent Isidore, Swap

La technologie en elle-mĂȘme n’a presque pas de limites. Les limites sont, selon moi, externes Ă  la technologie.

Pour moi c’est en rĂ©pondant aux questions suivantes que vous allez pouvoir dĂ©terminer le pĂ©rimĂštre d’application de la technologie No-code Ă  utiliser dans votre entreprise :

  • Quelle place la culture de votre entreprise donne-t-elle Ă  l’innovation ?

  • Comment votre CTO et plus globalement l’équipe tech apprĂ©hendent cette technologie ?

  • Disposez-vous d’une API “ouverte” et/ou de produits tiers “ouverts” qui vous permettraient de connecter n’importe quel flux de donnĂ©es via de l’automatisation No-code ?

  • Souhaitez-vous investir du temps et/ou de l’argent dans de la formation aux outils No-code ?

  • Avez-vous connaissance de freins liĂ©s Ă  la sĂ©curitĂ© ou aux normes RGPD qui pourraient interfĂ©rer avec l’utilisation des technologies No-code pour vos dĂ©veloppements ?

  • Quel volume de donnĂ©es sera utilisĂ© dans les automatisations ou solutions No-code ? (impact sur le coĂ»t des outils, le choix des outils, la faisabilitĂ© technique)

Hadrien Baradel, Dolead

Je pense, qu’il est bon pour des itĂ©rations rapides et pour avoir des feedbacks constants d’utiliser le No-code pour toute la partie mockup et prototypage. Pour le reste, je pense que c’est vraiment culturel.

Chez Captain Train ou MemoBank par exemple, la culture permet (ou permettait) de tout faire en interne. C’est moins le cas dans d’autres entreprises qui peuvent recourir Ă  l’utilisation de Bubble pour leur application centrale. 

Chez Dolead, on regarde le bĂ©nĂ©fice / coĂ»t. 

Pour citer un exemple concret : nous avons trĂšs longtemps utilisĂ© un outil externe de crĂ©ation de landing page (Instapage) jusqu’à atteindre plus d’un demi-million d’utilisateurs uniques par mois et plusieurs millions de CA. 

A ce stade nous commencions Ă  voir:

  • Les limitations techniques de l’outil

  • Les cas d’application non gĂ©rĂ©s par l’outil

  • Des problĂ©matiques de donnĂ©es personnelles aussi (RGPD)

  • Une plus faible interaction avec nos outils internes

  • Un prix en augmentation et une dĂ©pendance forte qui pouvaient nous mettre en danger

Du coup, nous avons lancĂ© un projet pour crĂ©er cette application en interne. Avec nos contraintes et les apprentissages de l’utilisation de cette plateforme. 

Nous avons ainsi pu crĂ©er une barriĂšre Ă  l’entrĂ©e technologique, en ayant eu en amont la possibilitĂ© de tester les must-have et les nice-to-have. A prĂ©sent, 100% du trafic arrive sur notre outil d'hĂ©bergement de landing pages. 

Nous avons aussi eu un gain important de taux de conversion (~ +20%). Et surtout, nous continuons Ă  construire le meilleur outil de landing pages pour nos utilisateurs internes et pour nos leads afin qu’ils soient mis rapidement en relation avec une marque qui rĂ©ponde Ă  leur besoin.

Olivier, freelance

On peut faire des choses trÚs poussées avec des outils No-code.

Si on prend l’exemple de Comet, ils ont utilisĂ© Bubble assez longtemps avant d’internaliser les dĂ©veloppeurs.

Il n’y a pas ou peu de limitation selon moi pour rĂ©aliser une premiĂšre version d’un service, d’une feature.

Beaucoup de services sont “connectables” via les API et/ou avec des outils comme Integromat / Zapier. 

Parfois, tu souhaites mettre en place une idĂ©e rapidement mais qui serait coĂ»teuse en la dĂ©veloppant de maniĂšre classique. 

Tu vas sur Product Hunt oĂč un projet Open Source existe dĂ©jĂ . Tu “plug” via une API et en une demi-journĂ©e tu as dĂ©jĂ  un rĂ©sultat 😯.

Utiliser ces outils est un gain de temps et d’argent Ă©norme.

Par contre, il faut garder une approche “Product” sur l’usage : tester, analyser et itĂ©rer. 

Si cela ne fonctionne pas, on aura encore moins de remords Ă  “tuer le bĂ©bĂ©â€, Ă©tant donnĂ© que l’investissement de dĂ©part n’est pas Ă©norme. 

Maxime, Qonto

On peut aller trĂšs loin :).

J’ai l’impression que l’hypothĂšse sous-jacente Ă  cette question est qu’un produit No-code est de moins bonne qualitĂ© qu’un produit avec code. Et que du coup on aurait des applications No-code qui peuvent apporter des gains de productivitĂ© mais pas forcĂ©ment ĂȘtre mises entre les mains de l’utilisateur.

Code/No-code, les deux apportent de la valeur, et les deux peuvent scaler lorsque c’est bien conçu.

4/ Penses-tu que ces outils deviendront incontournables dans la vie des professionnels du produit ?

Florent Isidore, Swap

Je suis absolument convaincu que le No-code fera partie intĂ©grante du quotidien des Product Managers. Le No-code respire les valeurs du Product Management : ĂȘtre agile et itĂ©rer rapidement. Cela permet Ă©galement aux Ă©quipes produit d’ĂȘtre toujours plus proches de leurs utilisateurs finaux en pouvant rĂ©pondre par leurs propres moyens Ă  leurs problĂ©matiques / besoins.

Hadrien Baradel, Dolead

Oui tout Ă  fait. Je pense qu’ils le sont dĂ©jĂ  en fait. Ne pas utiliser ces technologies aujourd’hui serait souvent synonyme de rĂ©invention de la roue.

Olivier, freelance

Pas qu’auprĂšs des Ă©quipes produit. Par exemple, on peut imaginer qu’un artisan peut crĂ©er une application qui permet de gĂ©nĂ©rer des devis facilement et gĂ©rer les envois par mail, avec un systĂšme de signature Ă©lectronique. Les technologies No-code sont trĂšs adaptĂ©es pour cela.

Maxime, Qonto

C’est dĂ©jĂ  le cas je pense.

Perso, ça l'est mĂȘme dans ma vie tout court. Si tu utilises la fonction automation avec iOS Home et Philips Hue, c’est du No-code. 

D’ailleurs, cadeau pour ceux qui veulent connaütre la balance Qonto via Siri: Hey Siri! What is my Qonto balance?

5/ Quels outils low-code utilises-tu dans ton quotidien de Product Manager ? Pour faire quoi ?

Florent Isidore, Swap

Personnellement j’aime particuliùrement le triptyque suivant : Airtable + Integromat + Stacker.

  • Airtable est un outil trĂšs puissant pour mettre en place des processus internes ou encore pour stocker des donnĂ©es rĂ©cupĂ©rĂ©es Ă  partir de plateformes tierces (ex: Typeform)

  • Integromat (ou Zapier) permet d’automatiser des processus mĂ©tiers et de faire communiquer les plateformes tierces entre elles. Un cas d’usage commun est de lier Airtable avec un site vitrine par exemple.

  • Stacker qui permet de rĂ©aliser de vĂ©ritables portails Ă  partir de donnĂ©es stockĂ©es sur Airtable, idĂ©al pour faire un portail interne ou encore un portail clients.

En dĂ©but d’annĂ©e, j’ai Ă©galement dĂ©couvert l’outil Ksaar, outil No-code “tout-en-un” français qui peut-ĂȘtre assimilĂ© au “Bubble du B2B”. Il permet de construire de superbes portails encore plus personnalisables et plus riches en fonctionnalitĂ©s mĂ©tiers. Un vĂ©ritable coup de foudre.

Hadrien Baradel, Dolead

Comme indiqué précédemment, nous avons utilisé trÚs longtemps un outil de génération de landing pages, avant de créer notre propre outil DUX (Dolead User Experience).

Nous avons et utilisons encore un peu des outils de chatbot, pour qualifier la pertinence d'itérations pour nos utilisateurs.

Nous sommes d’importants utilisateurs de Zapier, pour tout un tas de workflows. Cela va de l’intĂ©gration de nos workflows internes jusqu’à l’intĂ©gration avec certains CRM de nos partenaires. Nous utilisons mĂȘme les blocs de code au sein de Zapier lorsque cela est nĂ©cessaire.

Et Ă©videmment, les tools classiques de design et prototypage pour ĂȘtre en mesure de tester et itĂ©rer rapidement.

Olivier, freelance

J’utilise Integromat principalement pour les automatisations. En train de tester n8n, Open Source, mais plus ardu Ă  prendre en main. 

Je crĂ©e des sites grĂące Ă  Webflow, des webapps avec weweb.io et je teste en ce moment la crĂ©ation d’applications mobile sur FlutterFlow

Maxime, Qonto

Si tu définis iOS home comme un outil No-code, il y en a un paquet que je pourrais lister.

Si on se restreint aux outils No-code dans le monde de l’automation, c'est-Ă -dire pour automatiser son travail en tant que Product Manager, dĂ©placer de la donnĂ©e / connecter un outil avec un autre... Un bon Product Manager doit forcĂ©ment ĂȘtre Ă  l’aise avec des outils du style Zapier ou Integromat. 

6/ Peux-tu dĂ©crire un cas d'application concret dans lequel tu utilises le No-code dans ta boite ? 

Florent Isidore, Swap

Retour en 2020 au dĂ©but de cette longue pĂ©riode sombre de l’épidĂ©mie de la COVID-19. 

Je suis alors Product Manager chez Gojob, agence d’intĂ©rim digitale qui emploie plus de 2000 intĂ©rimaires chaque mois. Le confinement est annoncĂ© par le gouvernement. 

En tant qu’employeur, nous Ă©tions dans notre devoir de gĂ©nĂ©rer et fournir les attestations de dĂ©placement pour l’ensemble des missions de nos intĂ©rimaires. Qui et comment allons nous gĂ©nĂ©rer ces attestations ? 

Nos recruteurs, en charge de la relation intĂ©rimaire, se voyaient dĂ©jĂ  passer leurs soirĂ©es Ă  gĂ©nĂ©rer ces documents. C’est Ă  ce moment que le No-code fit surface !

En moins d’une journĂ©e, j’ai pu rĂ©aliser une automatisation avec Integromat.

Pour chaque contrat de mission gĂ©nĂ©rĂ© dans notre produit (une connexion API a Ă©tĂ© utilisĂ©e pour cela), une attestation de dĂ©placement Ă©tait gĂ©nĂ©rĂ©e avec les informations de l’intĂ©rimaire, de sa mission et de Gojob, puis envoyĂ©e par email et par sms Ă  l’intĂ©rimaire. 

RĂ©sultats : dĂšs le lendemain de l'annonce, tout ce nouveau process Ă©tait automatisĂ©. 

Cette automatisation avait Ă©tĂ© estimĂ©e Ă  2-3 semaines en dĂ©veloppement classique. 

Le gain fut estimĂ© Ă  6 heures / semaine / chargĂ© de recrutement. Et pour la petite histoire, un seul de nos intĂ©rimaires eut une amende pour non prĂ©sentation de l'attestation ! 

Cette automatisation a ensuite Ă©voluĂ© en continu pendant les pĂ©riodes de couvre-feu avant de disparaĂźtre (Ă  tout jamais on l’espĂšre !).

Hadrien Baradel, Dolead

Nous avons branchĂ© nos systĂšmes au CRM de notre client. Lorsque nous recevons un lead, Zapier se charge de l’envoyer dans le CRM de notre client. 

Pour rentrer plus prĂ©cisĂ©ment dans notre workflow : notre base de donnĂ©es chez Dolead pousse directement le lead au sein de Zapier (au travers d’un catch hook). Le lead est traitĂ© dans Zapier et est envoyĂ© vers le CRM de notre client. Puis Zapier nous fait un retour indiquant que l’envoi du lead s’est bien passĂ©. 

Cela nous a permis de lancer plus de 300 intĂ©grations trĂšs rapidement avec de nombreux clients, en diminuant de 80 Ă  90% l’intervention de notre Ă©quipe technique et ainsi de pouvoir soutenir notre croissance rapide (+100% par an).

Pour des raisons stratĂ©giques et de scale, nous sommes pour autant en train de remettre en place du code ici via une Ă©quipe de Freelancers. Mais on va en gĂ©nĂ©ral assez loin dans le POC grĂące au Low-code avant d’internaliser par du dĂ©veloppement.

Olivier, freelance

  • J’ai contribuĂ© au site web de ma boite avec Webflow : seyna.eu

  • J’ai Ă©galement automatisĂ© le process des demandes d’invitation au Slack LPC-Xpedition.

  • Beaucoup de branchements Integromat <> outils mĂ©tier en API / webhook pour rĂ©aliser des process, des envois de mails, des notifs Slack, des rappels, des dashboards, etc.

  • J’ai crĂ©Ă© un site perso qui recense des tutos Integromat en 1 jour (attention, pas mis Ă  jours depuis quelques temps) avec un super outil de crĂ©ation de webapp : weweb.io (Airtable pour la base de donnĂ©es, Integromat pour taper dans l’API de Youtube et renseigner la base de donnĂ©es + Weweb pour crĂ©er et gĂ©nĂ©rer le site)

7/ Comment l'utilisation de ces outils est-elle perçue par les équipes tech ?

Florent Isidore, Swap

De mon cĂŽtĂ©, j’ai observĂ© les extrĂȘmes :

  • D’un cĂŽtĂ© nous avons les “dĂ©tracteurs” qui voient le No-code comme un gadget, comme une mode qui vient et qui va disparaĂźtre. Ils ne voient pas cette technologie comme une opportunitĂ© pour eux et les clients finaux qu’ils servent.

  • De l’autre cĂŽtĂ© les “curieux” qui voient le No-code comme un outil complĂ©mentaire au code, et qui vont jusqu’à se dire que cela pour mĂȘme remplacer le code sur certaines fonctionnalitĂ©s peu complexes.

Hadrien Baradel, Dolead

En gĂ©nĂ©ral plutĂŽt bien, puisque ils comprennent que ça les dĂ©charge et que ça permet aussi au Product Manager ou aux opĂ©rationnels d’ĂȘtre plus autonomes. 

LĂ  oĂč ça peut commencer Ă  poser problĂšme, c’est lorsqu’ils sont obligĂ©s d'intervenir sur ces outils car cela devient trop technique pour le Product Managers ou l’opĂ©rationnel. 

On comprend en gĂ©nĂ©ral Ă  ce moment-lĂ , qu’il faut se tourner vers une autre solution Ă  court / moyen terme.

Olivier, freelance

Elles le perçoivent bien. Ces technologies permettent de se focaliser sur des dĂ©veloppements Ă  valeur ajoutĂ©e. 

Et de mon cĂŽtĂ©, en tant que PM, je peux rĂ©aliser des tĂąches qui seraient repoussĂ©es continuellement dans la roadmap si on devait les dĂ©velopper. 

8/ Quels outils tu recommanderais aux PM qui dĂ©butent sur le low code d’essayer au moins une fois  ?

Florent Isidore, Swap 

Je conseillerais d’essayer Zapier. Cet outil ouvre tellement de possibilitĂ©s qu’il devrait mĂȘme ĂȘtre enseignĂ© Ă  l’école ! Comment s’y prendre ? C’est simple, dĂšs qu’un PM identifie une action chronophage et rĂ©guliĂšre, Ă  quoi bon ne pas chercher Ă  l’automatiser ? 

Je suis tombĂ© dans le No-code comme ceci 🙂

Hadrien Baradel, Dolead

  • Zapier / integromat 

  • Bubble

  • Notion / Airtable

  • Spreadsheet

  • A titre perso, shortcuts sur iOS, avant que ça arrive sur Mac

Et puis quand mĂȘme essayer le code :)

Olivier, freelance

Integromat ou Zapier (j’ai une prĂ©fĂ©rence pour Integromat, vous avez dĂ» le comprendre).

Cet outil est un “game changer” pour des processus / tñches de Product Manager.

9/ Aurais tu des ressources pour aller plus loin sur le sujet ?

Florent Isidore, Swap

La communauté Slack No-code France est le lieu incontournable pour parler du No-code, alors rejoignez-nous.

Hadrien Baradel, Dolead

Dans la communautĂ© produit, je pense que Zit (Olivier Toumsy) est une bonne personne Ă  contacter. Ça tombe bien, il est dans l’édition.

Olivier, freelance

La communauté no-code France avec le Slack, Youtube, Twitch.

Le podcast Contournement (lien Spotify)

Et Youtube si vous cherchez un tutoriel sur outil, il y en a Ă  foison.

Maxime, Qonto

La chaßne Youtube de Shubham Sharma pour suivre les derniÚres trouvailles sur les sujets growth, No-code, productivité et entrepreneuriat.

10. Pour aller plus loin

Des tutoriaux et vidéos pour se former

Makerpad, des tas de tutoriaux spécialisés dans le No-code

La chaĂźne Youtube de Shubham Sharma, avec un focus sur Notion

Tuto Integromat par Olivier prĂ©sent dans l’édition

Des newsletters dédiées

No Code station, newsletter pour suivre l’actualitĂ© No Code

No Code weekly, une autre newsletter dédiée au No Code

Un événement dédié
No Code conf 2021, conférence sur le No-code ayant lieu le 17 et 18 novembre prochain organisée par Webflow

Les principaux outils Ă  tester

Carrd, pour générer des landing pages

Notion, espace de travail. Pas assez d’une ligne pour donner les 1000 used-cases possibles

Airtable, sheet avancée. Utilisable comme base de données

Stacker, pour construire des produits

Ksaar, pour construire produits et outils

Flutterflow, pour construire des app.

Webflow, pour livrer des sites super complets

Integromat, pour connecter des outils entre eux

Zapier, idem Integromat

Weweb, pour construire des applications web

Retool, pour construire des outils internes

Bubble, pour construire des web apps

Glide, pour construire des apps mobile Ă  partir de Gsheet

Softr, pour construire des web apps Ă  partir de Airtable

n8n, pour automatiser des workflows


Si l’édition t’a plu, ce serait super que tu la partages đŸ”„

Share

A dans 15 jours pour la prochaine Ă©dition 🙏

Timothé